Archives de catégorie : Histoire

Histoire de l’arbre de la libération

La Provence du 9 mai 2015

La Provence du 9 mai 2015

Cette inauguration a eu lieu en présence de Stéphane Ravier sénateur maire du 7ème secteur, Richard Miron adjoint aux sports ville de Marseille représentant Jean-Claude Gaudin, Sylvie Andrieu député de la 3ème circonscription de Marseille, de nombreux élus et présidents de CIQ.

A l’origine, un « arbre de la libération » avait été planté le 11 novembre 1945 par le Comité Local de Libération de Château Gombert. Il était situé dans le fond de la place devant la chapelle des Pénitents, un lieu que les Gombertois connaissent sous le nom de la place noire. Une plaque commémorative portant l’inscription : ‘ Château-Gombert – Arbre de la Libération 22-8-1944  –  Passant souviens-toi ‘ avait été posée sur la grille protégeant l’arbre.

Pendant les travaux de rénovation de la place, l’emplacement ayant été détruit, la plaque a été égarée puis retrouvée grâce à l’acharnement qu’André Pinatel a su déployer avec la complicité des services techniques de la ville.

Après de laborieuses recherches menées par Pierre Rollandin , historien Gombertois, auprès du Musée du Terroir, des archives municipales et départementales mais aussi en interrogeant les anciens du village, l’histoire de ce lieu de mémoire a pu être reconstitué.Cette plaque
commémore le 22 aout 1944, date à laquelle ont eu lieu les très violents combats qui ont précédé la libération de Marseille, explique Pierre Rollandin. Faisant suite à la plantation de l’arbre de la libération en 1945, le Comité Local de Libération ayant été dissout entretemps, ce
lieu de commémoration reçu un embellissement par la réalisation d’un entourage en béton surmonté d’une balustrade métallique financé avec l’argent qui restait en caisse. La plaque commémorative fut apposée à cette occasion le 29 aout 1948.

Château Gombert s’est mobilisé pour que cette plaque retrouve un emplacement digne de ce qu’elle représente, à l’ombre d’un bel olivier symbole d’une paix unanimement souhaitée.

A l’issue de cette inauguration a eu lieu la cérémonie de la victoire de 1945 par l’Association des Anciens Combattants de Château-Gombert.

Arbre de la liberation

Le nouvel arbre de la libération inauguré le 8 mai 2015 avec l’association des Anciens Combattants de Château Gombert.

 

 

 

 

Arbre Liberation Château Gombert

La plaque avec la belle grille hélas disparue

A l’origine, un Cèdre, avait été planté le 11 novembre 1945 par le Comité Local de Libération de Château Gombert. Il était situé dans le fond de la place devant la chapelle, un lieu que les Gombertois connaissent sous le nom de la place noire. Par la suite, en 1948, une plaque commémorative portant l’inscription : « CHÂTEAU-GOMBERT-ARBRE de la LIBERATION – 22-8-1944 – Passant souviens-toi » avait été posée sur la grille protégeant l’arbre.

Pendant les travaux de rénovation de la place, l’emplacement ayant été détruit, la plaque a été égarée puis retrouvée grâce à l’acharnement qu’André PINATEL a su déployer avec la complicité des services technique de la ville et de MPM.

Ancien emplacement

Ancien emplacement de 1948

Arbre-apres

Ce qu’il est devenu en 2013

Après de laborieuses recherches menées par Pierre ROLLANDIN, historien Gombertois, auprès du Musée du Terroir, des archives municipales et départementales mais aussi en interrogeant les anciens du village, l’histoire de ce lieu de mémoire a pu être reconstitué.

defile 22 aout 44

22 août 44 à Marseille. Photo sudwall.

Cette plaque commémore le 22 août 1944, date à laquelle ont eu lieu les très violents combats qui ont précédé la libération de Marseille. Faisant suite à la plantation de l’arbre de la libération en 1945, le Comité Local de Libération ayant été dissout entre temps, ce lieu de commémoration reçu un embellissement par la réalisation d’un entourage en béton surmonté d’une balustrade métallique financé avec l’argent qui restait en caisse. La plaque commémorative fut apposée à cette occasion le 29 aout 1948.

Château Gombert s’est mobilisé pour que cette plaque retrouve un emplacement digne de ce qu’elle représente, à l’ombre d’un bel olivier symbole d’une paix unanimement souhaitée.

La percée du village

Les études pour la réalisation de la traversée du village ont commencé probablement vers 1942-43. Les premiers documents remis à la mairie de Marseille par la 2ème section d’études de la direction des services techniques sont datés de février 1944.

Le 19 mai 1945 un arrêté préfectoral annonce la réalisation des travaux . Sont prévus la percée du village et l’élargissement à 12m du Bd Pignol (ce dernier chantier ne sera jamais réalisé).

En 1962 une première tranche de travaux permet de réaliser un retournement pour le bus N°5, et les escaliers pour accéder à la place des Héros tels que nous les connaissions jusqu’au début 2012.

En 1974 le seconde tranche détruira un coeur de village plusieurs fois centenaire pour que la rue Centrale rejoigne le bd Bara.

Le puits visible dans le virage à été creusé après la peste de 1720 pour améliorer les conditions sanitaires du village. Il était indiqué à cette époque « le puits neuf ». Certaines maisons étaient en ruines mais il y avait là au moins une maison de maître remarquable.

Château-Gombert découvre en 1974 le premier feu-rouge de son histoire.

Histoire de Château Gombert

Préhistoire :  La Chaine de l’Etoile est peuplée depuis des millénaires, comme l’attestent les grottes de la Montade (VIIIe millénaire avant J.-C.) ou la Grotte Loubière ( période chasséenne, vers 4000 avant J.-C.)

Antiquité : Le terroir de Château Gombert a été occupé à l’époque romaine par plusieurs exploitations agricoles dont des vestiges ont été trouvés sur le Pôle technologique (entrepôts de dolia) , restes d’un pressoir à huile aux Paroyes.

Moyen Age : Le château est construit par une famille Gombert de Marseille donne son nom au quartier. Ce Château était sans doute situé sur le Collet Redon, mais il n’en reste rien. Une église dédiée à Saint Mitre existe dès le XIe siècle, elle est à nouveau mentionnée dans une bulle du pape Anastase IV de1153 « Ecclesia Sancti Mitri ad Castrum Gomberti ». C’est la première fois que le nom de Château Gombert apparait. Il y avait une communauté d’habitants et peut-être un village, mais tout a disparu, vraisemblablement lors des deux sièges de Marseille par les troupes de Charles Quint en 1524 et 1536.

Temps Modernes : Jusqu’en 1595 Château Gombert fait partie de la seigneurie ecclésiastique d’Allauch. Cette année là les habitants rachètent les droits seigneuriaux au chapitre de la cathédrale de Marseille contre une rente annuelle de 300 écus d’or. Ils sont désormais considérés comme marseillais, mais jouissent d’une grande autonomie. Ils se réunissent tous les trois ans en assemblée générale, élisent deux syndics pour les administrer, ainsi qu’un exacteur chargé de collecter l’impôt sur les propriétés, cet  impôt étant déterminé à partir d’estimations régulières de biens fonciers. Vers 1600 ils construisent une première église dédiée à Saint Matthieu, puis en 1686-1688 une deuxième, plus grande et plus ornée, qui est l’église actuelle.

Révolution : En 1790, dans la nouvelle organisation du territoire français voulu par la Constituante, Château Gombert est un des chef-lieu de canton du département des Bouches du Rhône. Le territoire de ce canton est très étendu, allant jusqu’au portes de la ville. Cette situation demeure jusqu’en 1801.

Période contemporaine :  Après 1801 Château Gombert est un village  agricole de la périphérie marseillaise. L’arrivée des eaux de la Durance par le canal de Marseille bouleverse l’agriculture : le maraichage et l’élevage (laiteries et porcheries) vont prospérer pendant un siècle, participant à l’approvisionnement de la ville en plein essor. Depuis maintenant 25 ans ce sont d’autres activités qui se sont développées dans le terroir. Le Pôle Technologique, par l’excellence de ses laboratoires, grandes écoles et entreprises de haute technologie, a fait connaitre le nom de Château Gombert dans le monde entier.